Avertir le modérateur

vendredi, 26 mars 2010

« Qu’est-ce que la phobie sociale (ou anxiété sociale) ? En suis-je atteint ? C’est grave, docteur ? »

Phobie Sociale (ou Anxiété Sociale) : C’est Quoi ?

Voici les critères pour le diagnostic de la phobie sociale ou anxiété sociale (pour l’adulte) selon le DSM-IV (1):

1. Une peur persistante et intense d’une ou plusieurs situations sociales ou bien de situations de performance durant lesquelles le sujet est en contact avec des gens non familiers ou bien peut être exposé à l’éventuelle observation attentive d’autrui. Le sujet craint d’agir (ou de montrer des symptômes anxieux) de façon embarrassante ou humiliante.

2. L’exposition à la situation sociale redoutée provoque de façon quasi systématique une anxiété qui peut prendre la forme d’une attaque de panique liée à la situation ou bien facilitée par la situation.

3. Le sujet reconnaît le caractère excessif ou irraisonné de la peur.

4. Les situations sociales ou de performance sont évitées ou vécues avec une anxiété et une détresse intenses.

5. L’évitement, l’anticipation anxieuse ou la souffrance dans la (les) situations(s) redoutée(s) sociale(s) ou de performance perturbent , de façon importante, les habitudes de l’individu, ses activités professionnelles (ou scolaires), ou bien ses activités sociales ou ses relations avec autrui, ou bien le fait d’avoir cette phobie s’accompagne d’un sentiment de souffrance important.

6. Pour les individus de moins de 18 ans, on ne porte le diagnostic que si la durée est d’au moins 6 mois.

7. La peur ou le comportement d’évitement n’est pas lié aux effets physiologiques directs d’une substance ni à une affection médicale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental (p. ex. le trouble panique avec ou sans agoraphobie).

8. Si une affection médicale générale ou un autre trouble mental est présent, la peur décrite en 1. est indépendante de ces troubles; par exemple, le sujet ne redoute pas de bégayer, etc..

L’éreutophobie (ou érythrophobie), qui est la peur de rougir en public, est une forme de phobie sociale.

La personnalité évitante partage un certain nombre de caractéristiques avec la phobie sociale. Pour les sujets ayant une phobie sociale généralisée, le diagnostic additionnel de personnalité évitante doit être envisagé.

Source : psychomedia.qc.ca, American Psychiatric association, DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux.

Pour toute information, précise, concernant une aide ou un soutien psychologique, ou une thérapie pour guérir, cliquez ici. Un entretien d’une demi-heure vous est aussi proposé, gratuit et sans engagement

Comment Commencer à Surmonter Votre Phobie Sociale (ou anxiété sociale)

Avant de résoudre définitivement votre problème avec un psychothérapeute, voici quelques étapes pour surmonter petit à petit votre anxiété ou votre phobie sociale.

1) Prendre conscience des croyances et pensées automatiques qui entretiennent cette anxiété. Par exemple :

« Je ne suis pas intéressante pour les autres »,

« Mon image n’est pas bonne »,

« Je vais oublier ce que j’ai à dire »,

« On va s’apercevoir que je suis nerveuse »,

« Que va t-il penser de moi ? »

« Je vais avoir l’air stupide » etc…

2) Identifier les habiletés sociales qui seraient à améliorer (engager et entretenir des conversations, faire des demandes, recevoir des reproches et exprimer le désaccord ou l’insatisfaction, apprendre à féliciter, remercier, etc…). Apprendre les façons pratiques de de faire.

3) Faire une liste d’objectifs d’amélioration des contacts sociaux selon leur niveau de difficulté. Évaluer sur une échelle de 1 à 10 le niveau de difficulté de différents contacts sociaux. Par exemple: échanger quelques mots avec la caissière, échanger quelques mots avec un collègue de travail ou avec son patron, inviter un client à dîner, aller à une fête de bureau, etc.

Il est important de commencer par travailler les objectifs les plus faciles.

Cela permet de développer ses habiletés et de surmonter graduellement le sentiment d’anxiété en progressant avec succès.

Il peut être utile de se préparer à faire face à certaines situations en visualisant à l’avance, relaxé, comment on peut procéder dans ces situations aussi souvent qu’il le faut. But : être à l’aise avec l’idée d’affronter cette situation.

Pour toute information, précise, concernant une aide ou un soutien psychologique, ou une thérapie pour guérir, cliquez ici. Un entretien de 30 à 45 minutes vous est aussi proposé, gratuit et sans engagement

lundi, 08 mars 2010

« Les personnes obèses ont un risque accru de 55% de développer une dépression avec le temps, alors que les personnes déprimées ont un risque accru de 58% de devenir obèses… »

Plus de poids, plus de dépression ? Plus de dépression, plus de poids ?

L’obésité semble associée à un risque de dépression, et la dépression apparaît également associée à un risque accru d’obésité, selon une analyse publiée dans les Archives of General Psychiatry.

Floriana S. Luppino de l’Université Leiden (Pays-Bas) et ses collègues ont analysé les résultats de 15 études impliquant 58,745 participants.

« Nous avons constaté des associations bidirectionnelles entre la dépression et l’obésité: les personnes obèses ont un risque accru de 55% de développer une dépression avec le temps, alors que les personnes déprimées ont un risque accru de 58% de devenir obèses« , écrivent les auteurs.

Des sous-analyses montrent que l’association entre obésité et dépression ultérieure était plus prononcée chez les Américains et que chez les Européens. Elle est aussi lus importante en cas de diagnostic de dépression que de symptômes dépressifs qui ne rencontrent pas les critères diagnostiques.

Plusieurs hypothèses explicatives ont été proposées. L’obésité peut être considérée comme un état inflammatoire, et l’inflammation est associée au risque de dépression. Parce que la minceur est considérée comme un idéal de beauté, être en surpoids ou obèse peut contribuer à une insatisfaction corporelle et une faible estime de soi qui peuvent mettre à risque de dépression. Inversement, la dépression peut augmenter le poids par le biais d’une interférence avec le système endocrinien ou des effets secondaires des médicaments antidépresseurs.

Source : psychomedia, Archives of General Psychhiatry

Pour toute information, précise, concernant une aide ou un soutien psychologique, ou une thérapie pour guérir, cliquez ici. Un entretien d’une demi-heure vous est aussi proposé, gratuit et sans engagement

samedi, 20 juin 2009

Dispute de Couple : 4 Solution Concrètes qui Changent Tout !

La clé pour arriver à mieux se comprendre mutuellement, c’est de bien communiquer. Donc de faire des efforts pour vous mettre à la place de votre compagnon.

Première règle : lorsque vous êtes en pleine dispute ou que vous essayez d’aborder un sujet qui fâche, préférez le “je” au “tu”. C’est franchement moins agressif. Et l’effet immédiat, c’est que votre compagnon ne se sentira pas en position défensive, il sera plus enclin à vous écouter et donc éventuellement à accepter vos reproches.

Seconde règle : bannissez de votre vocabulaire les “jamais”, les “toujours”, les “rien”, les “tout le temps”, etc. Bref, faites des efforts pour être moins extrême dans vos propos. Là aussi, un peu de nuance aidera à coup sûr votre homme à entendre et peut-être à accepter votre demande.

Petits exercices pratiques

Avant vous disiez “tu ne m’écoutes jamais” (c’est faux et il ne manquera pas de vous le faire remarquer, ce qui évitera d’aborder le problème), maintenant vous direz “quand on parle, j’ai parfois l’impression que tu es ailleurs”.

Avant vous disiez “tu ne m’achètes jamais de fleurs” (ce qui est encore faux, donc quand même très démotivant pour lui), maintenant vous direz “ça me ferait plaisir si tu m’offrais plus souvent des fleurs”.

Encore deux autres petits exercices pratiques…

La prochaine fois que vous vous disputerez, essayez la tactique suivante : plutôt que de le mettre dans une position de fautif et de chercher absolument un responsable, essayez de vous placer au même niveau que lui et d’admettre que vous avez tous les deux votre part de responsabilité.

La prochaine fois qu’il fera un effort, ne vous dites pas intérieurement “c’est pas trop tôt” ou “c’est un début”, dites-lui que vous êtes contente et que vous appréciez qu’il fasse des efforts pour vous. Vous n’imaginez pas comme vous gonflerez son ego. Il sentira que ses efforts sont utiles et il sera fier de vous satisfaire. Bref, ça l’encouragera !

dimanche, 07 juin 2009

Trouble de la Personnalité Limite (Borderline) : Sous-Diagnostiqué par les Psychiatres !

 

 

Le trouble de la personnalité limite (borderline) pourrait être sous-diagnostiqué selon une étude de l'École de médecine du Mont Sinai (New York) présentée au congrès annuel de l'American Psychiatric Association. L'étude portait sur les antécédents de diagnostics et de traitements chez 70 personnes rencontrant les critères de ce trouble.

"Le diagnostic de trouble de la personnalité limite peut être difficile à poser parce que les symptômes de ce trouble chevauchent ceux d'autres troubles", explique David Meyerson de l'Université DePaul (Chicago) qui a dirigé l'étude.

Une autre difficulté est "qu'en théorie, deux personnes rencontrant les critères du diagnostic pourraient ne présenter qu'un seul symptôme en commun", note-t-il.

 

Le diagnostic est posé si une personne rencontre au moins 5 des critères suivants:

  • efforts pour éviter l'évitement
  • relations interpersonnelles instables et intenses
  • perturbation de l'identité
  • impulsivité
  • tendance suicidaire
  • instabilité de l'humeur
  • sentiment de vide chronique
  • colère intense inappropriée
  • survenue transitoire, dans des situations de stress aigu, d'idéations paranoïdes ou dissociation

Parmi les participants, 34% avaient déjà reçu un ou plusieurs diagnostics psychiatriques erronés.

Les plus fréquents étaient le trouble bipolaire, aussi appelé psychose maniaco-dépressive ou maniaco-dépression (17%), la dépression (13%), les troubles anxieux (10%) et les troubles alimentaires (1%).

Par ailleurs, 74% de ceux qui rencontraient les critères du trouble n'ont jamais reçu ce diagnostic dans le passé, malgré qu'ils consultaient en psychiatrie depuis 10.4 ans en moyenne. Pour le 26% qui avaient reçu le diagnostic, il s'était écoulé en moyenne 4.68 ans entre le premier contact avec un professionnel de la santé et le diagnostic.

"Le traitement le plus efficace pour ce trouble est la psychothérapie comportementale (ou cognitivo-comportementale), les médicaments ne soulageant que des symptômes spécifiques", note Meyerson.

"Parmi ceux dont le trouble n'avait pas été identifié, 69% avaient déjà été traités avec des médicaments pour d'autres diagnostics. Et, 78% de ceux qui avaient reçu un diagnostic de personnalité limite avaient reçu des médicaments alors qu'il ne s'agit pas du traitement le plus efficace pour ce trouble", dit-il. "Ceux qui avaient reçu un autre diagnostic avaient reçu la médication la plus lourde".

Un diagnostic exact est plus probable quand les psychiatres utilisent au moins un interview clinique semi-structuré, insiste-t-il. Un autre indice pour le diagnostic différentiel est la différence qualitative de l'impulsivité dans le trouble de personnalité limite (difficulté de planifier et de penser aux conséquences) comparativement avec l'impulsivité du trouble bipolaire (les idées qui se bousculent).

"Un facteur de diagnostic inexact est la compensation financière", note-il. Les patients reçoivent souvent un autre diagnostic officiellement, tel que le trouble bipolaire, si leurs compagnies d'assurance ne remboursent pas pour le trouble de personnalité limite.

Source: Medpage Today

dimanche, 31 mai 2009

Débutez Votre Semaine avec un Sourire…

vendredi, 29 mai 2009

Démarrez Votre Journée en Ayant la Pêche !

Votre vie est bien remplie : boulot, loisirs, amis.

Il n’est pas toujours évident de combiner le tout.

Une bonne condition psychique est dès lors essentielle, n’est-ce pas ? Alors, comment s’y prendre ?

  1. Bien se préparer ! La veille de votre journée de travail, avant de vous endormir, prenez le temps de planifier mentalement le boulot qui vous attend. Vous vous sentirez tout de suite plus apaisé.
  2. Positivez ! Des pensées négatives vous traversent-elles l’esprit ? Tournez-les en idées positives. Exemple : ne pensez pas “Je ne suis pas heureux”, mais bien “Je veux devenir heureux”. Ou encore “Je m’ennuie au travail” mais bien “Je me lance dans la recherche d’un job plein de nouveaux défis”.
  3. Exercices de relaxation ! Cinq à dix minutes par jour suffisent. Etendez-vous, fermez les yeux, inspirez et expirez profondément. Contractez toutes les parties de votre corps puis relâchez. Répétez l’exercice jusqu’à ce que vous soyez détendu.
  4. Un bureau ordonné ! Vous ne pourrez vous concentrer sur votre travail que si votre bureau est bien rangé. Faites l’inventaire de tous les documents et les formulaires qui s’y trouvent : à traiter ? A classer ? Ou à jeter… ?
  5. Planifiez votre journée ! Faites une liste des choses à faire et respectez-la autant que possible. Chaque jour, prenez quelques minutes pour vous et laissez aller vos pensées.
  6. Prenez le temps de vous requinquer ! Faites une pause de temps à autre et dégourdissez-vous les jambes toutes les heures, en allant chercher un café par exemple.

Alors, quand commencez-vous ?

 

Plus d'infos en cliquant ici !

samedi, 16 mai 2009

Alli: “C’est tout sauf une pilule miracle pour perdre deux kilos avant d’aller à la plage”

Alli, la nouvelle pilule anti-obésité, est un pari risqué…

Premier médicament anti-obésité vendu sans ordonnance, est commercialisé en France depuis mercredi 6 mai.

Le laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) espère réaliser grâce à lui un chiffre d’affaires de 15 millions à 20 millions d’euros par an, ce qui en ferait l’un des dix produits d’automédication les plus vendus en France.

Lancé aux Etats-Unis en juin 2007, il s’agit d’une version allégée d’un médicament déjà ancien, le Xenical du suisse Roche, qui reste vendu sur ordonnance. Alli est destiné aux personnes obèses (12,4 % de la population française) ou en surpoids (29 %).

Si le timing du lancement du produit – avant les vacances d’été – est idéal, son succès commercial est loin d’être assuré du fait de ses effets secondaires désagréables. Agissant au niveau de l’estomac et de l’intestin, Alli réduit l’assimilation des lipides. Faute de suivre un régime alimentaire pauvre en graisses, le patient risque des diarrhées sévères. Aux Etats-Unis, ces effets indésirables expliquent les difficultés du produit, dont les ventes sont tombées à 84,7 millions d’euros en 2008, alors qu’elles avaient atteint 169,3 millions dans les six mois qui ont suivi son lancement.

alliLe coût du traitement, de 50 à 60 euros par mois, est aussi en cause. Les études montrent que les patients traités avec Alli perdent environ 5 % de leur poids après 16 semaines de régime et de traitement, une diminution 50 % plus importante qu’avec un placebo. Une efficacité jugée insuffisante par les autorités sanitaires françaises, qui ont décidé de ne pas rembourser Alli. “C’est tout sauf une pilule miracle pour perdre deux kilos avant d’aller à la plage, explique Vincent Cotard, président de GSK santé grand public. Pour perdre du poids, il est indispensable de l’associer à un régime alimentaire et de faire du sport.”

D’autres redoutent des dérapages, une augmentation des troubles alimentaires (notamment la boulimie…) et une automédication inadaptée. Parmi ses contre-indications, la prise de certains médicaments (ciclosporine, anticoagulants…). Les troubles digestifs (allant jusqu’aux diarrhées graisseuses) peuvent nuire à l’efficacité de la pilule contraceptive, comme le souligne l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

NON REMBOURSÉ

Alli pourrait venir allonger la liste des échecs des laboratoires dans la lutte contre l’obésité. Alors qu’un milliard de personnes dans le monde sont en surpoids ou obèses, l’industrie n’a pas réussi à lancer de nouveau médicament amaigrissant sur le marché depuis le Xenical, en 1998. Les ventes de ce dernier ont chuté de 21 % en 2008, à 332,3 millions d’euros.

Le laboratoire français Servier avait ouvert la voie dès les années 1980 avec un coupe-faim baptisé Isoméride. Mais ce produit a été retiré du marché en 1997, car il provoquait des hypertensions artérielles pulmonaires. Toujours en vente, le Sibutral (Abott) doit être prescrit par un spécialiste depuis 2002 car il peut augmenter les risques d’hypertension, d’arythmie cardiaque, voire d’infarctus.

Alors que le français Sanofi-Aventis fondait d’énormes espoirs sur l’Acomplia, son traitement anti-obésité, l’Agence européenne du médicament a suspendu son autorisation de mise sur le marché en octobre 2008. Il était soupçonné de provoquer des dépressions.

L’américain Merck a arrêté ses recherches sur une molécule similaire. Comment expliquer une telle série d’échecs ? “L’efficacité de ces médicaments n’est pas discutable, répond le professeur Bernard Guy-Grand, spécialiste de la nutrition, mais ils sont chers, non remboursés et, surtout, ils ne peuvent corriger à eux seuls une pathologie aux sources multiples.”

Jérôme Porier

Article paru dans LeMonde du 07.05.09

lundi, 11 mai 2009

Antidépresseurs, Anxiolytiques, Stabilisateurs de l’Humeur: Prudence quand Vous Etes au Volant !

La France est le premier pays européen à se doter d’une classification des médicaments en fonction de leur possibilité d’altérer l’aptitude à la conduite. Les boîtes de quelque 2 500 produits porteront bientôt un triangle jaune appelant l’automobiliste à la prudence, un triangle orange pour une prudence redoublée et un avis médical ou un triangle rouge exigeant de ne pas conduire.”

La prise d’un médicament susceptible d’altérer l’aptitude à la conduite d’un véhicule est retrouvée chez environ 10% des accidents de la route. “Les hypnotiques ou les tranquillisants sont les substances les plus fréquemment mises en cause”, souligne l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

accident, cannabis, autoOutre le risque de somnolence, l’agence relève que certains médicaments peuvent altérer les capacités de jugement, rendre euphorique ou agité, diminuer la rapidité de réflexes, gêner la vue, donner des vertiges ou perturber les mouvements.

Le triangle sur fond jaune est associé à la formule « Soyez prudent. Ne pas conduire sans avoir lu la notice ». Trente pour cent des antalgiques, 80 % des sirops antitoux et des remèdes contre le rhume, 100 % des antihistaminiques de deuxième génération, certains anti-inflammatoires, des antalgiques, des antigrippaux et quelques antinauséeux sont visés.

Le triangle sur fond orange, ou « niveau 2 », signifie « Soyez prudent. Ne pas conduire sans l’avis d’un professionnel de santé ». Sont visés les antihistaminiques de première génération, 60-70 % des anxiolytiques, 100 % des antidépresseurs, 90-95 % des anti-épileptiques (ou anticonvulsivants, couramment utilisés comme stabilisateurs de l’humeur pour le traitement du trouble bipolaire), 100 % des antiparkinsoniens et 95 % des antidiabétiques (insulines et sulfamides). Les niveaux 1 et 2 représentent chacun 42-43 % des médicaments susceptibles d’altérer l’aptitude à la conduite.

Restent 15 % environ, qui seront marqués du triangle rouge, « niveau 3 », accompagné du libellé « Attention, danger : ne pas conduire. Pour la reprise de la conduite, demandez l’avis d’un médecin ». Il intéresse surtout « des produits ayant un effet très marqué pendant plusieurs heures ». Neuf hypnotiques sur dix sont de « niveau 3 ». Sont également concernés une poignée d’antalgiques, ainsi que des anxiolytiques sous forme injectable ou fortement dosés.

Sources : Quotime, PsychoMédia
Plus d’infos pour guérir d’une dépression en cliquant ici

mercredi, 22 avril 2009

Cancer: L’Art-Thérapie Réduit l’Anxiété, la Dépression et la Douleur


art-therapie-cancer-guerison-remission-frederic-duval-levesqueUne recherche montre l’efficacité de l’art-thérapie pour réduire certains symptômes chez les gens souffrant de cancer : la douleur, l’anxiété, la dépression, le manque d’appétit, la difficulté à respirer et la fatigue.

Cinquante personnes, âgées de 19 à 82 ans et souffrant de différents cancers, participaient pendant quatre mois à des séances d’art-thérapie leur permettant de se détendre et d’exprimer des émotions. Les activités incluaient le dessin, la peinture, la sculpture et diverses formes d’artisanat.

Les participants évaluaient avant et après les sessions leurs symptômes sur une échelle de 0 à 10. Le seul symptôme mesuré qui n’était pas amélioré par les scéances était la nausée.

La majorité des participants étaient désireux de poursuivre cette activité après la recherche. 90% d’entre eux rapportaient que celle-ci les distrayait et centrait leur attention sur quelque chose de positif.

La plupart des participants prenaient une médication pour la douleur. Une co-auteure avance l’hypothèse que l’art-thérapie peut aider à réduire la douleur en favorisant la production naturelle d’opiacé dans le cerveau. Les sessions ont aussi aidé plusieurs participants à retrouver un sentiment d’identité qui est affecté par la maladie.

Source: http://www.psycport.com

 

Plus d’infos ici

jeudi, 02 avril 2009

Zyprexa : les étiquettes comporteront des avertissements concernant le gain de poids, les niveaux élevés de triglycérides, de cholestérol et de sucre sanguin !

La compagnie pharmaceutique Eli Lilly and Co a annoncé vendredi qu’elle met à jour l’étiquetage pour les États-unis de ses médicaments Zyprexa (Olanzapine) et Symbyax (combinaison d’Olanzapine et de fluoxetine - Prozac).

Cette décision intervient dans le contexte de pourparlers avec la FDA (Food and Drugs Administration), l’autorité de surveillance du médicament, a indiqué la compagnie.

Les étiquettes comporteront des avertissements concernant le gain de poids, les niveaux élevés de triglycérides, de cholestérol et de sucre sanguin.

Le Zyprexa (approuvé en 1996) est un antipsychotique atypique (ou de deuxième génération) utilisé pour le traitement de la schizophrénie et du trouble bipolaire. Le Symbyax (approuvé en 2003) est utilisé pour le traitement du trouble bipolaire.

Le Zyprexa est aussi couramment utilisé “off label” (hors approbation, mais légale) pour le traitement des troubles anxieux.

L’avertissement indiquera que les patients traités avec le Zyprexa peuvent prendre du poids jusqu’à deux ans après le début du traitement, contrairement aux affirmations précédentes de la compagnie selon lesquelles la prise de poids atteignait un plateau quelques mois après le début du traitement.

En décembre passé, dans une série d’articles, le New York Times affirmait que Lilly avait caché pendant une décennie des informations importantes aux médecins sur les liens du Zyprexa avec l’obésité et un taux de sucre sanguin élevé (hyperglycémie) qui est un facteur de risque pour le diabète.

Le Times rapportait que, selon des publications de la compagnie, 30% des patients prenant le Zyprexa ont pris 10 kilos (22 livres) en un an, certains rapportant même un gain de 45 kilos (100 livres) ou plus !

Les préoccupations sur les effets secondaires du Zyprexa ont augmenté depuis au moins 2004, rapporte cette semaine le New York Times et les prescriptions. Les parts de marché ont baissé drastiquement durant la même période.

Sources: CNN, New York Times. Ne comptez pas sur les médias français pour vous donner ce genre d’informations…

Pour plus d’infos, ou prendre un rendez-vous sans engagement pour guérir de votre mal-être ou votre dépression, cliquez ici !

mercredi, 01 avril 2009

Connaissez-vous la Grande Efficacité du Millepertuis contre la Dépression ?

Le millepertuis : une plante utilisée depuis longtemps en Europe pour le traitement de la dépression !

millepertuis-1Elle serait efficace pour traiter la dépression de sévérité légère à modérée selon une nouvelle étude allemande, qui a analysé 29 recherches publiées sur le sujet.

“Dans l’ensemble, nous avons constaté que des extraits de millepertuis avaient une efficacité supérieure aux placebos et égale aux antidépresseurs, avec moins d’effets secondaires, dit Klaus Linde du Centre for Complementary Medicine à Munich, principal auteur.

La plante Hypericum perforatum (millepertuis) produit différentes substances qui peuvent avoir des propriétés antidépressives, mais l’extrait entier est considéré comme plus efficace.

Les études analysées impliquaient 5489 personnes ayant les symptômes de la dépression majeure. Dans toutes ces études, la sévérité des symptômes étaient évaluée au moyen de l’Échelle de dépression de Hamilton. Les doses d’extraits de millepertuis utilisées variaient entre 500 et 1200 mg.

Non seulement le millepertuis était-il aussi efficace que les antidépresseurs pour traiter la dépression majeure de sévérité légère à modérée, mais moins de participants abandonnaient les essais en raison des effets secondaires : comparativement aux antidépresseurs ISRS, ils étaient 47% moins susceptibles d’abandonner.

Le tableau d’ensemble est cependant compliqué par le fait que les résultats sont plus favorables dans les essais menés dans des pays de langue allemande où le millepertuis a une longue tradition et est souvent prescrit par les médecins.

Les chercheurs mettent en garde contre le fait que le millepertuis peut parfois affecter l’action de certains médicaments.

Par ailleurs, précisent-ils, les produits sur le marché varient considérablement dans leur composition, ce qui est le problème courant avec les produits de phytothérapie et autres produits naturels de santé. Les résultats de cette analyse ne s’appliquent qu’aux préparations testées, commentent-ils.

millepertuis-2Des effets secondaires possibles du millepertuis seraient une photosensibilité (sensibilité à la lumière du soleil qui peut entraîner des coups de soleil, des éruptions cutanées, des maux de tête, de la fatigue et d’autres symptômes de photosensibilité), une sécheresse de la bouche, une fatigue, des nausées bénignes, des étourdissements et de la confusion.

Source: Medpage Today

Pour plus d’infos, ou prendre un rendez-vous sans engagement pour guérir de votre mal-être ou votre dépression, cliquez ici !

samedi, 28 mars 2009

Vous sentez-vous agressé quand le téléphone sonne ?

Vous sentez-vous agressé quand le téléphone sonne ?

Appartenez-vous à ce grand groupe de gens qui se sentent mal à l’aise à l’idée d’appeler quelqu’un au téléphone ?

Dans ce cas, vous souffrez de la phobie du téléphone ;-)

Voici 8 moyens pour guérir !

Selon certaines études, 40 % des travailleurs souffrent de cette crainte. Et selon ces mêmes études, cette angoisse sociale est la principale raison pour laquelle les vendeurs échouent dans leur branche. En suivant ces quelques conseils, vous pouvez essayer de la contrôler.

1. Tâchez de savoir exactement ce dont vous avez peur. Etes-vous stressé parce que vous devez obtenir que quelqu’un fasse quelque chose, parce que vous pourriez commettre des erreurs ou parce que vous ne pouvez pas entretenir la conversation ? Si vous savez identifier ce qui vous angoisse, il sera plus facile d’y remédier.

2. Dans la mesure du possible, veillez à ce qu’on ne vous dérange pas et que personne n’écoute votre conversation téléphonique. Cela évitera probablement déjà pas mal de tension.

1896_telephone3. Inscrivez les points dont vous voulez parler et ayez cette liste toujours sous les yeux pendant la conversation.

4. Réfléchissez bien au préalable aux pièges éventuels et préparez-vous mentalement à les éviter. Si vous savez par exemple que vous risquez d’être mis sous pression au téléphone, fourrez-vous bien dans la tête que vous direz : “Je veux encore un peu y réfléchir”. Si vous craignez surtout les silences embarrassants, réfléchissez au préalable à plusieurs sujets de conversation.

5. Observez les autres pour voir comment ils mènent une conversation difficile. Comment votre collègue se présente-t-il ? Comment personnalise-t-il quelque peu l’entretien ? Comment réagit-il quand quelqu’un devient impoli ? Ces stratégies peuvent vous venir à point dans vos propres conversations téléphoniques.

6. Demandez à la personne que vous appelez si le moment est opportun. Cela permet d’éviter des réactions d’agacement.

7. Mettez-vous au pied du mur. Tapez le numéro et restez en ligne. Les coups de fil que vous craignez de donner, deviennent de plus en plus difficiles -surtout dans votre tête - à mesure que vous les reportez.

8. Cela peut paraître un cliché mais pour la plupart des gens, c’est une question de pratique. Plus vous serez au téléphone, plus cela deviendra facile.

Source : gezondheidsnet.be

mercredi, 25 mars 2009

Les Experts Dénoncent une Dérive Inquiétante !

A l’occasion de la remise de la pilule d’or :

lors d’un débat organisé par la revue Prescrire,  des psychiatres, psychologues et chercheurs ont dénoncé une “dérive” du marché des médicaments psychotropes.

Monique Debauche, psychiatre belge, a rappelé que le volume de vente des antidépresseurs a doublé en France en 10 ans alors qu’ils peuvent être inutiles,
“la plupart des états dépressifs s’améliorant spontanément en quelques semaines”.

Elle attribue cette forte augmentation à

- la demande des patients,

- à la formation des médecins “centrés sur le médicament”,

benefices-labos-pharmaceutiques- et surtout à l’influence des firmes pharmaceutiques, “omniprésentes” dans la formation et l’information des médecins.

Barbara Mintzes, chercheur canadienne en santé publique, a dénoncé le “façonnage” de maladies, qui vise “à élargir la définition d’une maladie pour augmenter la vente de traitements.

Elle s’est insurgée contre la tendance à élargir le marché des psychotropes vers les enfants pour l’hyperactivité, la dépression et les troubles bipolaires, en dépit de leur manque d’efficacité et de l’importance des effets secondaires.

Gilles Mignot, pharmacologue, a constaté une panne de l’innovation et l’absence de progrès thérapeutique au cours des cinq dernières années dans le domaine des médicaments psychotropes.

Parmi les médicaments qui “n’apportent rien de positif pour les patients”, il a cité les antidépresseurs augmentant le taux de suicide chez les jeunes et les neuroleptiques (antipsychotiques) entraînant une surmortalité cardiovasculaire chez les personnes âgées.

La France est la championne d’Europe de la consommation de médicaments psychotropes (anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères, antipsychotiques - neuroleptiques, …)

(la pilule d’or de la revue Prescrire est un prix attribué aux médicaments qui constituent un progrès thérapeutique décisif dans un domaine où malades et praticiens étaient totalement démunis. Pour l’année 2007, elle est accordée au Carbaglu qui permet une survie normale et prolongée chez les enfants atteints d’un trouble rare et mortel du cycle de l’urée)

samedi, 07 mars 2009

Comment Perdre 5 à 10 kg par An !

regime

Comment perdre 5 à 10 kilos par année

en enlevant - seulement -

100 calories par jour !

 

Des façons simples de couper de l'alimentation ou dépenser 100 calories par jour peuvent vous aider à perdre (ou ne pas prendre) 10 livres (environ 5 kilos) par année.

Les experts de la perte de poids s'entendent pour dire que la meilleure façon pour réussir à perdre du poids et maintenir cette perte n'est pas à travers des régimes stricts mais à travers des petits changements que vous pouvez maintenir toute la vie.

Il s'agit simplement de faire des petits changements dans la routine de tous les jours. Un certain temps d'ajustement est souvent nécessaire afin d'implanter une nouvelle habitude puis elle devient automatique... Facile ;-)

La calorie est une mesure d'énergie : si vous prenez 100 calories de moins par jour ou en dépenser 100 de plus, cela fait une différence d'environ 10 livres (environ 5 kilos) à la fin de l'année.

Une livre (1/2 kilo) de graisse correspond à 3 500 calories. Sauver 100 calories par jour pendant 365 jours donne environ 36 500 calories, ce qui équivaut à 10 livres . Vous pouvez doubler le résultat, c'est-à-dire perdre ou éviter de prendre 20 livres, en coupant 100 calories de votre alimentation et en dépensant 100 calories supplémentaires par jour.

En choisissant les bons aliments - fruits, légumes, légumineuses, grains entiers, protéines maigres et produits laitiers faibles en gras - vous pouvez avoir suffisamment d'énergie et satisfaire votre faim.

5 recettes pour brûler 100 calories par jour:

- Marcher environ 1 km et demi de plus par jour (environ 20 minutes)
- Acheter un pédomètre et mesurer le nombre de pas que vous faites par jour, en ajouter environ 2000
- Faire 10 minutes de jogging
- Faire 30 minutes de plus d'entretien domestique
- Faire 15 minutes de vélo stationnaire, de natation ou d'exercices à l'aide d'un vidéo.

15 astuces  d'enlever 100 calories de l'alimentation :

- Mangez des céréales de grains entiers riches en fibres plutôt que des céréales sucrées au déjeuner
- Utilisez de la moutarde ou une mayonnaise faible en gras dans votre sandwich plutôt que la mayonnaise régulière
- Remplacez une collation de biscuits ou de chips par un fruit frais

- Remplacez une boisson gazeuse sucrée par une boisson diète. Une seule canette de boisson gazeuse sucrée par jour pendant un an vous fera engraisser de 6,5 kilos
- Choisissez un sorbet, ou une crème glacée faible en gras plutôt que la crème glacée régulière
- Utilisez de la margarine légère fouettée plutôt que la régulière

- Coupez le bacon de votre sandwich ou de votre déjeuner
- Choisissez du pain plutôt qu'un croissant
- Laissez tomber le fromage de votre hamburger ou sandwic

- Prenez une vinaigrette légère plutôt que régulière
- Prenez du lait écrémé plutôt que entier

- Prenez des fromages et yogourts légers

- Prenez 1/2 tasse de moins de pâte ou de riz
- Enlevez la peau de votre portion de poulet
- Partagez votre dessert avec votre chéri(e)

Si vous avez d'autres idées, laissez un commentaire ;-)

samedi, 31 janvier 2009

Etes-Vous Alcoolique ?

alccolisme-couple

 

Voici les critères permettant d’identifer une dépendance à l’alcool selon le DSM IV (1):

Trois ou plus des caractéristiques suivantes sont présentes:

  1. Tolérance à l’alcool, qui se manifeste par un besoin de quantité plus forte pour obtenir l’effet désiré ou un effet diminué en cas de consommation d’une quantité stable.
  2. Signes ou symptômes de sevrage. Les symptômes de sevrage peuvent apparaître environ 12 heures après la prise d’alcool. La personne en reprend ou consomme une autre substance pour éviter les symptômes de sevrage.
  3. Consommation plus grande ou dans une période plus prolongée que prévue et voulue.
  4. Désir ou échec des efforts pour arrêter de boire ou diminuer la consommation.
  5. Temps excessif passé à boire et à récupérer
  6. Abandon ou réduction d’activités en raison de la consommation d’alcool.
  7. Poursuite de la consommation malgré des conséquences négatives physiques et psychologiques.

 

 

(1) American Psychiatric association, DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Traduction française, Paris, Masson, 1996, 1056p

 

Pour plus d’infos, ou prendre un rendez-vous sans engagement, cliquez ici !

mardi, 30 décembre 2008

Ménopause : le Risque de Dépression Augmente !

Deux recherches séparées montrent que le risque d’un premier épisode de dépression augmente à l’approche de la ménopause.

Alors qu’il était connu depuis longtemps que la ménopause est, pour plusieurs femmes, une période où le risque de développer des symptômes de dépression est accru, le lien entre les niveaux hormonaux, la ménopause et la santé mentale était peu démontré scientifiquement.

menopauseUne de ces recherches mesurait pendant 8 ans les niveaux d’hormones chez 231 femmes, âgées de 35 à 47 ans n’ayant pas vécu de dépression antérieurement.

Selon les résultats, un épisode de dépression majeure a deux fois et demi plus de chance de se produire à l’approche de la ménopause. De plus, les scores obtenus à un test mesurant la dépression étaient en relation avec les taux hormonaux. Les femmes qui avaient un syndrome prémenstruel plus sévère étaient plus susceptibles de connaître un épisode de dépression à l’approche de la ménopause.

Le lien entre taux hormonaux et dépression était présent même en ajustant les données pour tenir compte d’autres facteurs de risque comme le tabagisme, l’indice de masse corporelle, le syndrome prémenstruel, les symptômes vasomoteurs comme les chaleurs, les problèmes de sommeil, la santé générale, le statut d’emploi et le statut marital.

Dans l’autre recherche, 460 femmes, âgées de 36 à 45 ans et n’ayant jamais fait de dépression, étaient suivies pendant 6 ans.

Les femmes qui entraient en préménopause étaient deux fois plus susceptibles de développer des symptômes de dépression. Le risque était plus élevé chez les femmes souffrant de symptômes vasomoteurs comme les chaleurs.

Heureusement, la plupart des femmes atteignent la ménopause sans souffrir de dépression, mais ces deux récentes recherches suggèrent que certaines peuvent être plus sensibles à la transition.

Source : News Medical.net

dimanche, 28 décembre 2008

Dépression : Exercices Simples pour la Combattre et Vous Sentir Mieux !

En psychologie scientifique, on croyait jusqu’à récemment, explique Martin Seligman, figure importante du courant de la psychologie positive, que les exercices et approches pour améliorer la qualité de vie de façon durable étaient inefficaces. On croyait en un niveau de bonheur prédéterminé par les gènes et l’éducation qui pouvait varier légèrement mais avait toujours tendance à revenir au niveau déterminé.”

Cette dernière vision expliquerait pourquoi les gagnants à la loterie reviennent éventuellement à leur disposition antérieure par rapport à l’argent. Que les gens devenant paraplégiques reviennent aussi éventuellement à peu près au même niveau de bonheur qu’ils avaient avant leur accident.

bien-etre, santeLes exercices suggérés pour vous sentir mieux et augmenter votre bonheur, de façon durable,sont nombreux.

Seligman et ses collègues en ont recensé plus d’une centaine !

Ils ont testé rigoureusement plusieurs de ces exercices auprès d’étudiants et de psychothérapeutes les utilisant auprès de leurs clients, afin de vérifier si certains d’entre eux augmentaient vraiment le bien-être.

Étant donnés les témoignages encourageants de soulagement durable de la dépression et de bien-être amélioré, les chercheurs ont entrepris une étape de vérification selon les normes scientifiques. Pour ce, les participants sont assignés au hasard à un groupe mettant en pratique des exercices ou à un groupe contrôle recevant un traitement placebo afin de comparer les résultats.

Environ 500 personnes ont participé à une expérience qui consistait simplement, après une batterie de tests, en une semaine d’exercices supervisés à partir du web (aucune intervention humaine). Les gens étaient re-testés répétitivement concernant leur bien-être durant les six mois suivants.

Trois exercices étaient testés:

  1. Ecrire trois choses qui ont bien été dans la journée et pourquoi. Remarquer sa propre contribution à ce qui a bien été
  2. Ecrire un témoignage de gratitude et le remettre personnellement
  3. Utiliser ses plus grandes forces personnelles de façon nouvelle afin de passer des moments agréables (un test permettait aux participants d’identifier leurs forces personnelles)

Les recherches se poursuivent pour tester d’autres exercices.

Une recherche a vérifié l’effet du premier exercice (identifier trois choses ayant bien été dans la journée) auprès de personnes sévèrement déprimées. Après 15 jours seulement, 92% se disaient plus heureuses, avec une moyenne de diminution de 50% des symptômes de dépression.

Ce qui se compare avantageusement, précise le chercheur, avec les antidépresseurs !

D’autres expériences, comparant l’effet des antidépresseurs, de la psychothérapie et de la psychologie positive comme traitement de la dépression confirmeraient les avantages de cette dernière approche.

“Dans l’ensemble, résume le chercheur, il y a de bonnes évidences que plusieurs exercices augmentent le bonheur et diminuent la dépression. La théorie selon laquelle chacun a un niveau de bonheur déterminé s’avère fausse estime-t-il.

Concernant l’impact des exercices sur les personnes en dépression, la psychothérapie comportementale et cognitive est traditionnellement, commente le chercheur, un endroit pour parler de ses difficultés. La psychothérapie du futur, dit-il, pourrait aussi être un endroit pour parler des émotions positives, des forces et des façons de construire davantage de sens dans sa vie.

Source: BBC New “Staying happier for longer” by Martin Seligman

Pour un entretien gratuit et sans engagement, cliquez là !

mercredi, 12 novembre 2008

Déplacement Professionnel à Lyon, du 22 au 30 novembre 2008

Bonne semaine à tous mes clients et à mes nombreux lecteurs depuis plus d’un an et demi déjà…

Je serai à Lyon, en consultation, du 22 au 30 novembre inclus. Auprès de clients atteints de cancer, afin de leur apprendre ce qu’ils peuvent faire de plus pour augmenter leurs chances de rémission / guérison en complément de leurs traitements, et de personnes souffrant de dépendance, de dépression, d’anxiété ou d’alcoolisme.

Je ne serai joignable qu’au 06 23 39 07 07.

Retour à Toulouse : lundi 1er décembre 2008.

Merci et bonne semaine….

 

Frédéric Duval-Levesque

lundi, 10 novembre 2008

Anti-dépresseurs : les Labos Surestiment leur Efficacité

Voici l’importante conclusion d’une analyse parue dans le New England Journal of Medicine.

Les fabriquants d’antidépresseurs ont tendance à ne publier que les résultats des essais cliniques qui donnent des résultats positifs.

Résultat : cela donne une fausse image aux médecins et aux consommateurs de l’efficacité réelle de ces médicaments !

Dans les essais dont les résultats sont publiés, environ 60% des gens qui prennent un antidépresseur rapportent un soulagement significatif des symptômes de la dépression comparativement à environ 40% de ceux qui prennent un placebo (c’est-à-dire qui prennent un produit inactif alors qu’ils croient prendre un antidépresseur).

Mais quand les essais moins positifs, non publiés, sont pris en considération,

l’avantage des antidépresseurs diminue :

ils sont plus efficaces que les placebos mais par une marge modeste,

conclut le rapport.

Et d’autres études ont ensuite montré que cela est dû uniquement

à une baisse de l’efficacité des placebos…

Selon les analyses de Dr Erick H. Turner, de l’Oregon Health and Science University et ses collègues, l’efficacité des antidépresseurs, si l’on tient compte de l’ensemble des résultats incluant ceux qui n’ont pas été publiés, serait inférieure à ce que prétendent les recherches individuelles de 11% à 69% !

Parmi 74 essais cliniques, portant sur 12 antidépresseurs, soumis à la Food and Drug Administration (FDA) par des compagnies pharmaceutiques faisant une demande d’autorisation de mise en marché, 31 % n’ont jamais été publiés dans des revues médicales parce que leurs résultats ne démontraient pas une efficacité significative ou une innocuité satisfaisante.

Parmi les études ayant donné des résultats négatifs ou discutables, 89 % n’ont pas été publiées ou l’ont été avec une présentation des résultats sous un jour favorable.

Dans les essais publiés dans les revues scientifiques, 94 % ont abouti à des résultats positifs. Alors que l’analyse par la FDA de toutes les études effectuées sur ces antidépresseurs, incluant celles qui ne sont pas publiées, indique que seulement 51 % d’entre elles ont donné des résultats positifs.

Ce phénomène, est dénoncé depuis une quinzaine d’années par certains chercheurs et a fait les manchettes des journaux en 2004 lorsque le ministre de la Justice de l’État de New York a intenté un procès au fabriquant GlaxoSmithKline pour avoir caché des informations sur les résultats d’essais du Paxil, raconte le Dr Turner.

frederic-duval-levesque-psychotherapeute-guerisonLa compagnie a finalement été condamnée à une lourde amende et obligée à rendre publics sur son site Web les résultats de tous les essais cliniques qui avaient été effectués avec cet antidépresseur.

Selon le Dr David Cohen, professeur à l’École de travail social de l’université internationale de Floride et chercheur au GEIRSO-UQAM, interrogé par Le Devoir, «cela veut dire qu’une étude sur deux montre que l’antidépresseur est aussi bon que le placebo. Or il faut aussi prendre en considération le fait que les études ont souvent un biais en faveur du médicament. Les études sont méthodologiquement faites pour que le médicament ressorte comme étant supérieur au placebo.»

«On use de diverses manoeuvres pour que le médicament apparaisse sous un jour le plus favorable possible. Par exemple, on exclut souvent les personnes qui répondent très bien au placebo au tout début de l’étude afin de rehausser les résultats potentiels positifs que l’on attribuera au médicament».

«Malgré tout cela, la moitié des études n’arrivent pas à démontrer la supériorité de l’antidépresseur par rapport au placebo.

Il a peut-être un effet psychotrope, mais celui-ci est augmenté par la publicité qui réverbère partout, par les cliniciens qui sont optimistes et par l’attente créée chez le patient.

L’antidépresseur moderne est un placebo commercialisé avec une publicité», lance David Cohen.

 

Sources: Le Devoir, New York Times

Un article du journal Le Point, en complément

 

Mes autres articles traitant de la dépression ici

 

Pour un entretien gratuit et sans engagement, cliquez là

lundi, 03 novembre 2008

Hyperphagique ? Vous ?

L‘hyperphagie boulimique, qui consiste à manger en quantité déraisonnable et hors de contrôle de façon assez fréquente, est le trouble alimentaire le plus fréquent.

Il dépasse l’anorexie et la boulimie, selon des chercheurs en psychiatrie de l’Université Harvard.

Selon l’auteur principal de cette recherche, le Dr. James I. Hudson, il s’agit bel et bien d’un trouble alimentaire. Cela mériterait plus d’attention de la part des professionnels de la santé.

Ce trouble est fortement lié à l’obésité. Dans un épisode d’hyperphagie, une personne peut, par exemple, prendre un repas complet, suivi d’un litre de crème glacée pour dessert et d’un sac de chip sans être capable de s’arrêter.

Selon cette recherche, pour laquelle 9 000 participants ont été interrogés, 20% des femmes et 10 % des hommes font de l’hyperphagie, définie comme des épisodes de consommation excessive et incontrôlée de nourriture, bien au-delà de la satiété, qui se produisent au moins trois fois par mois.

Comparativement, l’anorexie est présente chez moins de 5% des femmes et 2,5% des hommes et la boulimie se retrouve chez 10% des femmes et 5% des hommes.

L’hyperphagie met à risque élevé d’obésité, de diabète, de maladie cardiaque, d’accident cérébro-vasculaire et de certains cancers.

Si la personne ne suit pas une psychothérapie comportementale et cognitive, les comportements d’hyperphagie persisteraient en moyenne environ 8 ans, tout comme la boulimie. Et à une moyenne d’environ 2 ans pour l’anorexie. Avec les graves complications sur la santé que cela représente.

J’ai constaté que ces trois troubles, hyperphagie, boulimie et anorexie coïncident souvent avec des troubles de l’humeur comme la dépression et l’anxiété.

La prévalence de troubles alimentaires est la plus grande chez les 18-29 ans et la moins grande chez les plus de 60 ans.

Les chercheurs considèrent que ces résultats amènent des arguments scientifiques supplémentaires en faveur de l’inclusion de l’hyperphagie dans la prochaine édition du DSM IV.


 

Source: Journal Biological Psychiatry, February 2007.

 

NB : L’hyperphagie boulimique (parfois appelée alimentation compulsive) est un trouble des conduites alimentaires considéré comme requiérant davantage d’études avant une éventuelle inclusion dans le manuel diagnostique des troubles mentaux (le DSM-IV). La boulimie et l’anorexie sont les seuls troubles alimentaires formellement reconnus.

 

Pour un entretien gratuit et sans engagement, cliquez là

Cancer : Image de Soi et Mal-Etre

La Ligue contre le Cancer va lancer une nouvelle forme de soutien aux malades, basée sur des soins esthétiques (onco-esthétique) et la pratique d’activités physiques adaptées.

Peut-etre en avez-vous entendu parler ?

Baptisé APESEO (pour Activités Physiques Et Soins Esthétiques en Oncologie), ce projet vise à aider les patients à mieux gérer le « bouleversement de l’image corporelle » qui accompagne souvent la maladie cancéreuse.

«Par le biais des soins esthétiques, les personnes malades peuvent se ressourcer et se réapproprier leur corps », souligne la Ligue. Quant aux activités physiques, elles sont réalisées en groupe.

« Des professeurs aident les patients à reprendre confiance en leur capacité corporelle. Ce rassemblement permet aussi de rompre l’isolement des participants et les incite à se confronter au regard de l’autre ».

Si l’onco-esthétique est pratiquée depuis quelques année en France, la nouveauté du service APESEO est de l’associer à des activités physiques (gymnastique douce, randonnée…).

Le premier site d’expérimentation a été ouvert à Montpellier le 22 septembre dernier. Cinq autres vont suivre à Annonay, Brest, Bordeaux, Nantes et Saint-Etienne.

Et après l’image corporelle, si l’on s’intéressait au mental du malade ?

Le soutien psychologique peut faire la différence entre l’échec ou la réussite d’un traitement. Voyez, dans ma page “Qui suis-je ? De quoi s’agit-il ?”, ce que je fais en thérapie comportementale et cognitive.

 

 

Pour un entretien gratuit et sans engagement, cliquez là

 

Pour en savoir davantage sur le sujet : www.ligue-cancer.net

lundi, 27 octobre 2008

Dépression Saisonnière, Vous Aussi ?

Le retour à l’heure d’hiver marque, pour ceux qui souffrent du blues hivernal ou de dépression saisonnière (aussi appelé trouble affectif saisonnier), le début d’une période difficile.

Ils ont tendance à avoir moins d’énergie, être plus fatigués, avoir besoin de plus de sommeil, et être moins actifs.

Environ 15% à 25 % de la population ressentiraient ces symptômes à un niveau variable pendant les mois d’automne et d’hiver. Mais pour 4% à 6% de la population, les symptômes sont plus sévères et il s’agit d’une véritable dépression.

Les femmes sont 3 à 4 fois plus touchées que les hommes.

Qu’est-ce que la dépression saisonnière ?

La dépression saisonnière est un épisode de dépression majeure dont la principale caractéristique est de survenir durant la même période à chaque année.

Il peut s’agir d’un épisode de dépression faisant partie du trouble bipolaire (maniaco-dépression). Dans ce dernier cas, il y a souvent présence de symptômes hypomaniaques pendant l’été.

Les symptômes de dépression saisonnière font généralement leur apparition vers le mois d’octobre et disparaissent en avril ou mai.

Les symptômes fréquemment présents sont une humeur dépressive, un manque d’énergie, une tendance à l’hypersomnie, une augmentation de l’appétit, une diminution de l’intérêt et de la motivation. D’autres symptômes souvent présents sont une plus grande tendance à l’anxiété, une difficulté de concentration, une diminution de la libido, un gain de poids et une plus grande irritabilité.

Le diagnostic de dépression saisonnière est porté si les symptômes ont été présents au moins deux hivers consécutifs avec rémission (guérison) complète à l’été.

Quels en sont les causes ?

Le manque de lumière est considéré comme la cause de la dépression saisonnière bien que les mécanismes exacts soient encore mal compris. Le manque de lumière entraînerait une variation de la production de la mélatonine et de l’activité reliée à la sérotonime. La mélatonine est une hormone impliquée dans la régulation de l’humeur et des rythmes biologiques. Elle est sécrétée par la glande pinéale la nuit, de la tombée du jour jusqu’au matin lorsque la lumière du jour frappe la rétine de l’oeil. La diminution du temps d’ensoleillement amène donc une hausse de la production de mélatonine, entraînant des changements au niveau de l’humeur, de l’énergie, du besoin de sommeil et de l’appétit.

Que faire pour mieux traverser les mois d’hiver?

Prendre une marche quotidienne à la lumière du jour, de préférence le matin, permet de bénéficier à la fois de la lumière (autant qu’une séance de luminothérapie) et de l’activité physique qui a aussi un effet antidépresseur.

Continuer à agir comme en été en poursuivant des activités régulières qui tiennent actif et motivé.

Reconnaître les symptômes de la dépression saisonnière le plus tôt possible permet de s’ajuster avant qu’ils ne soient trop importants.

Quels sont les traitements de la dépression saisonnière ?

Les traitements pour la dépression saisonnière sont la psychothérapie cognitive et comportementale et la luminothérapie.

L’hypothèse du rôle de la mélatonine a suggéré l’idée de la luminothérapie (aussi appelée photothérapie) qui consiste à s’exposer à une lumière intense fournie par une lampe de luminothérapie (5000 ou 10000 lux) qui contient tous les spectres de la lumière solaire (sauf les ultraviolets).

Attention ! Certains spécialistes mettent en garde contre le fait que le domaine des appareils de luminothérapie n’est pas réglementé et contrôlé. Ils considèrent qu’il n’y a pas eu suffisamment de recherche sur la sécurité de ce traitement, notamment pour les yeux.

 

 

Si vous avez réussi à me lire jusqu'ici, félicitations ! Vous méritez une récompense : consulter d'autres articles sur mon blog principal, en cliquant ici.

Pour un entretien gratuit et sans engagement, cliquez là.

lundi, 20 octobre 2008

Sevrage de drogue : Risque t’on de Replonger ?

Quels sont les symptômes de sevrage du cannabis (marijuana) ?

Les consommateurs de cannabis qui cessent de fumer peuvent être portés à recommencer en raison des symptômes de sevrage. Dans une étude auprès de fumeurs qui essayaient de se défaire de l’habitude, environ 1/3 ont recommencé pour soulager ou éviter les symptômes de sevrage tels que l’irritabilité et l’anxiété.

La recherche menée par le Dr. David Gorelick* impliquait 469 fumeurs, âgés de 18 à 64 ans, dont le quart avait fumé plus de 10.000 fois dans leur vie (l’équivalent d’une consommation quotidienne pendant 27 ans) et plus de la moitié avait fumé plus de 2.000 fois.

42% ont vécu au moins un symptôme de sevrage quand ils ont essayé de quitter. Les symptômes plus fréquents étaient les envies de fumer, l’irritabilité, l’ennui, l’anxiété et les perturbations du sommeil.

De ceux qui ont rapporté des symptômes, 78% (33% de l’ensemble des participants) ont dit avoir recommencé à consommer pour réduire ces symptômes.

Une précédente recherche avait recensé les symptômes suivants: fatigue, faiblesse, bâillements, hypersomnie, ralentissement psychomoteur, anxiété et dépression. Ces symptômes amenaient une détresse, nuisaient au fonctionnement et amenaient à reconsommer pour éviter la détresse.

“Les gros fumeurs de cannabis doivent savoir qu’ils peuvent vivre un syndrome de sevrage qui les rendra inconfortables quand ils essaieront d’arrêter”, dit Gorelick. “C’est pourquoi il leur est indispensable de se faire suivre par un psychothérapeute formé aux addictions, afin de les aider à se reconstruire en sachant comment affronter la vie “réelle”".

Cette étude a été présentée au congrès de l’American Psychiatric Association.

* Du National Institute on Drug Abuse, à Baltimore.

Source : WebMD

dimanche, 19 octobre 2008

2ème Journée Anorexie-Boulimie, à Toulouse : entrée libre !

L‘association de familles et de proches Anorexie-Boulimie Midi-Pyrénées organise, sous la présidence du Pr Jean-Philippe Raynaud, cette deuxième journée régionale. Elle rassemble familles et professionnels autour des troubles des conduites alimentaires (TCA)

De 8h30 à 17h, c’est un programme d’interventions dense pour cette journée du samedi 25 octobre 2008, qui a nécessité beaucoup de travail…

Jugez vous-même :

8h30 - accueil des participants et allocutions de bienvenue de Nicole Pons (présidente de l’ABMP), du Dr Françoise Galinon (psychiatre) et des représentants municipaux. Conclusion des allocutions par le Pr Jean-Philippe Raynaud

9h30 - Etat des lieux des TCA et des prises en charge, par le Dr François Granier

10h15 - Le travail avec les parents, par le Pr Phlippe Jeammet

11h - L’anorexie mentale chez les garçons, par le Dr Jean Chambry

11h45 - Table ronde entre les intervenants et discussion avec la salle, suivie d’une pause déjeuner libre

14h - L’aide aux familles et aux proches, avec les Drs Christian Soler (médecin généraliste) et Philippe Boudergues (psychiatre), l’ABMP (représentée par Francis Edouard), l’association de professionnels TKP (représentée par le Dr Dany Benarous, Jean-Luc Sudres, Daisy Planas, Anne-Marie Bosc, Emmanuelle Lefevre et Nathalie Marty) et l’Udaf

15h30 - L’aide aux patients, avec le Dr Marc Uzan (endocrinologue), le Dr Catherine Amoyal (psychiatre), le Dr Franck Hazane (psychiatre) et l’association d’usagers Gem No’mad

Un témoignage d’espoir de Manuela précédera la clôture de la journée par le Dr Marie-France Moles (psychiatre)

 

Inscription gratuite, mais obligatoire, en appelant le 05 61 57 91 02.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu